Acteur du mois

Jacques Béal a remporté le « prix du roman populaire 2016 » pour son roman La Griffue.

Ce prix lui sera remis le samedi 3 décembre à l’occasion du Salon du roman populaire qui se tient à Elven, dans le Morbihan.
Le prix du roman populaire est attribué par des lectrices et lecteurs qui décident chaque année de la qualité des différents romans populaires présentés.
Il est systématiquement remis au récipiendaire à la médiathèque d’Elven, lors du Salon du roman populaire qui y a lieu.
Ce prix existe depuis 1952.

Un auteur qui a su se distinguer

Jacques Béal est un ancien journaliste du Courrier picard.
Essayiste, nouvelliste et anthologiste, il est aujourd’hui avant tout romancier.

Très engagé dans la rencontre du jeune public, il est un féru de l’histoire de notre région : le Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Celle-ci est l’objet d’un travail d’enquête minutieux, reconduit pour chaque roman.
Auteurs de plus de 30 œuvres, fait partie de ces gens qui n’aiment pas parler d’eux, laissons donc l’auteur se présenter lui-même.

Le site internet de Jacques Béal


Quelques événements fondateurs de sa vie

  • Premier voyage en avion à 3 ans et demi – un D.C.3 d’Air France parti du Bourget – en 1949. Destination : Varsovie en ruines. Découverte de mes grands-parents maternels polonais, de mes oncles, tantes, cousins, cousines. Depuis, je n’ai cessé de voyager à travers l’Europe et dans le monde, un goût transmis par des parents exceptionnels.
     
  • Véritable naissance (même si Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) est le lieu officiel de cet événement) à Chauny (Aisne) en apprenant à lire et à écrire à l’Institution du Sacré-Cœur. Dévore ensuite la « Bibliothèque verte », les « Pieds nickelés », « Pilote » et « Kid Carson ». Enfant, voulant devenir écrivain, je remplis plusieurs cahiers d'histoires diverses et variées, perdus depuis.
     
  • Parcours chaotique dans différents établissements secondaires. Renvoi régulier pour "insolence" : Institution Saint-Charles à Chauny, les jésuites de Saint-Joseph à Reims (Marne), Lycée Gay-Lussac à Chauny, lycée de Coulommiers (Seine-et-Marne) et terminale au lycée Henri-Martin à Saint-Quentin (Aisne). Meilleure note de français de l’académie à la deuxième partie du baccalauréat avec un sujet libre autour de « Moravagine » de Blaise Cendrars.


Rencontres déterminantes

  • André Dhôtel au lycée de Coulommiers que j’ai eu comme professeur de français.
     
  • Pierre Mac-Orlan et Jean-Pierre Chabrol, clients de mon parrain, oto-rhino à Coulommiers, que j’ai accompagné plusieurs fois à Saint-Cyr-sur-Morin.
     
  • Correspondance avec Albert Schweitzer, prix Nobel de la Paix.


Le goût d’écrire

Journaliste professionnel dans différents quotidiens avec des passions successives pour les faits-divers, la chronique judiciaire, l’environnement, l'histoire et la vie politique.
La plupart de la trentaine de livres que j’ai publiés à ce jour (voir « Bibliographie ») reflète cette diversité d’intérêts.

Aujourd’hui, pour mon plus grand bonheur, je me consacre exclusivement à l’écriture de romans.


Etat d’esprit actuel

Je souscris totalement à ce point de vue d’Anna Gavalda : « C’est toujours ce qui est DEVANT qui intéresse l’écrivain, le cinéaste ou le peintre. »


A découvrir

Lettre d'information

Inscrivez-vous :

La Graineterie
12 rue Dijon
80000 Amiens